Recherche organique - un désastre annoncé pour votre blog

Nous allons parler chiffres aujourd’hui au sujet de la recherche organique, un fait surprenant qui a tendance à évoluer, pas forcément pour le bien des visites sur votre blog. Le nombre de requêtes évoluent, mais le trafic diminue, petit à petit, sans que l’on s’en aperçoive.

Je vais vous apprendre quelque chose d’étonnant. Savez-vous que 49 % des recherches de Google ne donnent pas de clics (source Sparktoro et Jumpshot). Ce qui signifie que lorsque vous arrivez à la SERP (les résultats affichés), lorsque vous tapez une recherche, la plupart des personnes trouvent ce qu’elles attendent dans les descriptions, les pubs, les titres, mais aussi dans les contenus enrichis dans la recherche organique de Google.

Ces descriptions suffisent à donner la réponse qu’attend l’internaute et de ce fait, elles ne clic sur aucun lien après une recherche. La tendance est nettement à la hausse et en progression, puisqu’en 2016, les recherches sans clics atteignaient 37 %, soit une augmentation de 12 % en trois ans. Ce qui est quand même énorme. La chose que vous pourriez penser, c’est :

« si cette tendance continue, dois-je m’inquiéter pour le trafic de mon blog ?« .

Les clics après une recherche organique sur Google

Voici un graphique représentant le nombre de pourcentages de personnes qui cliquent sur un lien après avoir tapé une recherche sur Google.

Les clics après une recherche organique sur Google

Clics organiques en dehors des sites Google

Le premier élément que l’on peut constater, c’est que 41,45 % des recherches organiques pures ne sont pas cliquées. Cela concerne uniquement les recherches organiques et ne tient pas compte des mises en avant de Google, que ce soit en organique ou en publicité (la partie bleu clair). Cela représente les sites tiers comme ce blog ou votre site.

Annonces n’appartenant pas à Google

La recherche organique donne ensuite 3,58 % de recherches qui débouchent sur un clic d’une annonce vers un site qui n’appartient pas à Google. La publicité pour votre boutique par exemple ou pour votre produit (la partie bleu marine.).

La recherche organique pour les sites Google

Nous avons aussi 5,90 % des recherches organiques qui redirigent vers un site de Google. Typiquement des sites comme YouTube ou encore Gmail par exemple (partie en rose). C’est quand même un résultat énorme. Le reste des clics correspond aux recherches sans clics sur un résultat (partie en noir).

Comment remédier à cela ?

Sans doute que vous vous demandez comment vous pourriez commencer à mettre des actions en œuvre pour ne pas subir de dommages dans les prochaines années ? Hormis avoir un article de qualité et pertinent, voici trois manières de vous y préparer.

Faire une optimisation des extraits pour la recherche organique

Dans votre article de 3 000 mots, vous allez repérer la petite section ou les deux phrases que pour lesquelles vous voulez ressortir en extrait. Le but va être d’optimiser ce contenu pour ressortir sur les extraits de Google.

Pour optimiser ce genre de contenu vous devez donner des informations simples en deux lignes. C’est pour cela que Google privilégie les listes à puces qui répondent parfaitement à ce critère, mais rien ne vous garantit l’affichage de votre article.

Pour plus d’informations sur ce sujet, consultez l’article « les extraits optimisés dans la recherche Google« . Par contre, cela ne va pas empêcher le zéro clic, mais cela va inciter les personnes à venir sur votre blog.

exemple d'extrait optimisé dans la recherche organique de Google

Rédiger des bons titres

Un point essentiel, l’optimisation du titre pour tenter de réduire le zéro clic sur votre article. Votre titre doit être éloquent et correspondre à un sujet suffisamment large pour pouvoir écrire un article dessus qui va apporter beaucoup de détails pour le visiteur. Prenons un exemple de titre.

« Mon Rottweiler peut manger beurre d’arachide« 

Vous pouvez répondre à cette question facilement dans une phrase et ne pas donner autant d’information que quelqu’un veut savoir. C’est comme si on répond à oui ou non. Une seconde approche serait.

« Mon Rottweilers ne peut pas manger beurre de cacahuète – 10 autres friandises pour lui« 

Ce genre de titre va permettre à Google de faire ranker (positionner) vos pages sur la recherche organique, mais cela ne va pas vous permettre par exemple d’apparaître dans les extraits optimisés. La meilleure solution serait un titre comme :

« Les Rottweilers ne peuvent pas manger du beurre d’arachide »

L’avantage d’un titre comme cela, c’est que vous allez donner suffisamment d’informations sur le contenu de l’article sans dévoiler les détails dans votre titre. Votre titre contient également des mots-clés. Cela permet d’inciter les visiteurs à cliquer sur votre titre. Les visiteurs sont aussi curieux de découvrir le « pourquoi« .

Cela permet de faire un article détaillé sur le sujet qui apporte réellement de la valeur à la recherche des internautes et augmente vos chances d’être pertinent dans les moteurs de recherche. Donc, d’être mieux positionné sur la SERP.

Rédiger des bonnes descriptions

Un peu comme pour les titres, votre description doit bien sûr contenir des mots-clés. Elle doit dévoiler suffisamment le contenu de votre article pour provoquer l’intérêt sans dévoiler le contenu pour susciter les clics. Bon, il faut avouer que la longueur ne s’y prête pas. Cependant, choisissez votre description plutôt que de laisser Google choisir une portion d’article pour la rédiger à votre place. De cette manière, vous contrôlez ce qui sera affiché.

Faut-il s’inquiéter de la recherche organique ?

Comme toutes les transformations faites ces dernières années, certains sites vont en pâtir plus que d’autres si la tendance continue. Le meilleur moyen d’y remédier reste de faire des contenus détaillés qui répondent à une question précise.

Mais aussi peut-être de modifier la manière de rédiger ses titres et ses descriptions pour revenir à des titres moins « putaclic« . La qualité des articles reste le dénominateur déterminant dans les résultats de recherche, c’est le principal filtre naturel d’une recherche.

Je pense pour ma part que le traitement des moteurs de recherche vocaux est bien plus délicat à traiter. Ne serait-ce pour des appels à l’action par exemple ou l’absence de visibilité du classement des pages.

Peu de gens se préoccupent de ce système de recherche. Pourtant, cela prend de plus en plus d’ampleur et ne fera qu’évoluer dans le futur. Voire remplacera définitivement notre méthode courante de recherche sur le net.

Participer en postant un commentaire :

Votre adresse mail ne sera pas publiée.