Comment ne pas rester bloqué dans son projet – la cause

Comment ne pas rester bloqué dans son projet - les causes

T’arrive-t-il de vouloir faire les choses, mais de ne pas pouvoir y arriver ? De rester bloqué devant un obstacle qui te semble insurmontable ? Que parfois même, une petite action pourtant insignifiante, te bloque dans ton élan et te fait hésiter quelques fois plusieurs semaines avant que tu prennes ton courage a deux mains ?

Si c’est le cas, rassure-toi, c’est assez courant.

On prend parfois trop de temps pour réfléchir avant d’agir.

Tu regardes en face ce qui te bloque.

Tu sais ce qu’il faut faire.

Mais la solution ne vient pas.

Impossible d’avancer.

Le plus amusant, c’est que ce qui te fait peur peut sembler dérisoire pour d’autres.

L’inverse est vrai aussi.

Les peurs que l’on a, viennent de notre éducation, de ce que l’on observe et aussi de notre environnement.

On a toujours tendance à se transformer en caméléon, selon notre entourage.

Ce n’est pas un mal. C’est un besoin.

Certainement un trait de caractère qui nous vient de nos ancêtres qui vivaient en tribu.

On dit toujours que l’on est la moyenne des cinq personnes que l’on fréquente le plus.

Cela nous donne une base pour envisager notre environnement.

Mais aussi notre propre comportement.

On remarque beaucoup ça au moment du repas par exemple.

Imagine que tu sois invité à manger dans une belle demeure.

Les personnes sont toutes très bien habillées et mange avec des couverts les mets présents sur la table.

Vas-tu débarquer débraillé et manger avec les doigts ?

Je ne pense pas.

Imagine maintenant que tu arrives dans une tribu et qu’ils sont tous assis par terre à manger avec les doigts.

Vas-tu réclamer des couverts et une chaise ?

Là aussi, je ne pense pas.

Nos actions sont guidées par les personnes que l’on fréquente, mais aussi de notre entourage.

Ou plus précisément de ce qui nous entoure.

L’endroit où l’on se trouve va également avoir un impact sur nos décisions.

Les fréquentations et les endroits que l’on côtoie nous permettent de définir nos standards dans la société.

Notre passé est également à prendre en compte.

Ainsi, mes standards sont différents des tiens.

Et tes standards sont différents de ton voisin.

Par contre, ils seront souvent très proches des personnes que tu fréquentes.

Dès qu’un événement sort des standards que l’on a établis pour soi, une sirène retenti pour focaliser l’attention.

Parfois en bien, d’autres fois en mal.

Tu es alors confronté à quelque chose qui ne fait pas parti de ta nature.

C’est ce qui rend parfois extrêmement compliqué des situations simples.

À partir de ce moment-là, on peut en conclure une chose.

Ce n’est pas une situation qui pose un problème.

C’est la façon de l’appréhender.

Si je te dis d’aller vivre en Ermite dans la montagne.

Tu peux le voir de deux manières.

avancer et ne pas rester bloqué

Tu vas te sentir seul, isolé et déprimé.

Ou tu vas voir ça comme un moyen de réflexion, de remise en question et pourquoi pas en tirer une grande satisfaction.

La situation est pourtant la même.

La façon d’appréhender cette situation est par contre très différente.

C’est en ça que l’on dit qu’il y a toujours une solution à un problème.

Tant que la situation reste dans les standards que l’on s’est fixé, il n’y a aucune raison de rester bloqué pour se mettre en action.

Même s’il faut apprendre des compétences pour y arriver, on se met à la tâche.

Dans le cas contraire, on commence à réfléchir.

À hésiter.

Ça brise l’élan du départ ou on se sent perdu.

Comme si tu avais pris une route inconnue sans savoir où elle mène.

Il y a un moyen pour essayer d’échapper à cette règle.

C’est de ne plus regarder ce qui bloque, mais l’objectif.

Un funambule ne regarde pas ses pieds.

Sinon il tomberait.

Il regarde la corde 10 mètres devant lui et mets un pied devant l’autre.

Être entrepreneur, c’est être funambule.

Le chemin est long et étroit.

Il faut éviter les erreurs de parcours pour avancer.

Et le meilleur moyen, c’est de ne pas regarder à ses pieds.

Ne pas voir l’obstacle comme un problème, mais comme quelque chose de nouveau.

L’amener le plus possible vers ses standards personnels.

Plus il en sera proche, plus se sera facile pour toi de le surmonter.

Si tu n’y arrives toujours pas, ce n’est pas grave.

Tu as de la chance.

Les standards que tu disposes ne sont pas gravés dans la pierre.

Ils peuvent se changer.

En changeant d’environnement.

Ou encore en changeant tes fréquentations.

Si tu rencontres une personne qui a vécu ton obstacle.

Tu auras moins peur de le surmonter.

C’est un moyen d’être rassuré.

Tu côtoies parfois des personnes bien qui te sont pourtant néfastes.

Parce qu’elles sont négatives.

Elles ont une manière différente de voir les choses.

Ou n’ont pas la même façon de vivre.

Tu les côtoies parce que tu les aimes.

Mais pas toujours pour ton bien.

Ainsi, l’idée qui consiste à se dire :

“Si je ne suis pas le plus con des cinq personnes qui sont dans cette pièce, je m’en vais.”

Amène a réfléchir sur les fréquentations qui peuvent nous aider à nous épanouir.

Il y a souvent plusieurs solutions pour ne pas rester bloqué.

Et c’est rarement un problème de compétence que l’on ne peut pas apprendre.

Comment tu fais d’habitude pour surmonter un obstacle et ne pas rester bloqué ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *